FR  | EN                  Connectez-vous :          


  Efficacité des vaccins anti-covid19 au maroc et dans plusieurs pays occidentaux 27/09/2021  

Département de pharmacologie, Laboratoire d'Épidémiologie et de la Recherche en Sciences de la Santé, Faculté de médecine et de pharmacie, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès.
RECONNAISSANCE DU CÉRTIFICAT COVID DIGITAL MAROCAIN PAR L'UE La pandémie Covid-19 a causé des millions de décès depuis son apparition en décembre 2019 en Chine. La mortalité causée par le virus était liée à une physiopathologie bien caractéristique qui se traduisait par des problèmes respiratoires, parfois très sévères, qui pouvaient causer la mort.
Ceci était dû en partie à des dysfonctionnements de l'hémostase sanguine et le transport d'oxygène, aux réactions inflammatoires intenses caractérisées par une augmentation des cytokines inflammatoires (l'orage des cytokines) et aux microcoagulations veineuses profondes. En l'absence de médicaments antiviraux spécifiques contre le coronavirus SARS-CoV-2, le traitement des patients a été surtout prophylactique, par les corticoïdes, les antibiotiques et les anticoagulants. Des vitamines (D, C) et sels minéraux (magnésium, sélénium, zinc) ont été aussi utilisés (1,2). En effet, une fois les caractéristiques de la pandémie et les mécanismes physiopathologiques de la maladie ont été mieux compris, les moyens thérapeutiques disponibles et les mesures de prévention ont été appliqués avec un certain succès.
Le développement de vaccins contre le SARS-CoV-2 a été relativement rapide, puisque plusieurs vaccins ont été développés, principalement aux EE.UU (Pfizer et Moderna), en Chine (Sinopharm, Sinovac), en Grande-Bretagne (Astrazeneca) et en Russie (Spoutnik). Ces vaccins ont été approuvés dans leur pays d'origine par les instances nationales de la santé, et certains ont été approuvés par L'OMS. La rapidité d'utilisation des vaccins dans certains pays a permis de protéger la population vaccinée contre les dernières vagues de la pandémie, et leur effet a été surtout significatif et remarquable lors de la dernière vague épidémique qui a commencé à peu près vers la fin de juin et début juillet 2021 et qui continue dans certains pays pendant cette fin de mois de septembre, comme il est rapporté dans ce travail d'analyse.
En effet, la pandémie a causé une mortalité plus ou moins importante selon chaque pays (Figure 1), et les valeurs les plus élevés ont été enregistrés surtout pendant les premiers mois de la pandémie (Figure 2). Lors de la dernière vague épidémique, on pouvait remarquer que le profil des cas d'infections (Figure 2, schéma supérieur, arc bleu) n'était pas suivi par le même degré de mortalité comme pendant la période d'avant le 1 juillet 2021 (Figure 2, schéma inférieure, arc bleu). Quand à la vaccination, elle a commencé dans certains pays à partir de la mi-décembre 2020 (Figure 3) et a connu un rythme rapide dans certains pays, comme en Europe, EEUU, Canada et au Maroc. En effet, les pays étudiés dans la présente étude ont enregistré des taux importants de vaccination (entre 45 % pour le Maroc et 75% pour l'Espagne) à la date du 16 septembre 2021. Chaque pays a utilisé des vaccins différents, et ceux-ci sont connus pour avoir démontré une efficacité variable pendant les études cliniques de chaque vaccin. Néanmoins, avec l'analyse des courbes d'infections et de mortalité, il a été possible d'évaluer l'effet des vaccins surtout pendant la dernière vague de la pandémie qui a coïncidé avec l'été 2021. Cette vague continu surtout aux EE.UU.
Les données de la présente étude ont été obtenus principalement à partir de la page web "Ourworldindata" qui utilise des statistiques de l'Université Johns Hopkins. D'autres valeurs démographiques ont été obtenues à partir de sites spécialisés. A partir de ces données, nous avons pu comparer le taux de mortalité causé par la Covid-19 pendant plus de 20 mois par rapport à la mortalité naturelle ou causée par d'autres causes connue en 2019 bien avant l'arrivée de la pandémie (Figure 4).
De même, il a été possible de comparer la mortalité moyenne causée par Covid-19 avant le 1 juillet 2021 et celle survenue pendant la dernière vague de pandémie (à partir du 1 juillet 2021). Il est clair, selon la figure 5, que la mortalité par la Covid-19 dans tous les pays étudiés était moins forte pendant la dernière vague de la pandémie, et ceci en relation avec le fort pourcentage de vaccination atteint par plusieurs pays de l'étude. Les vaccins ont donc induit une baisse de la mortalité par Covid-19 à des degrés différents selon le pays et selon le niveau et le pourcentage de la population vaccinée.
Le calcul de la mortalité moyenne par Covid-19 au cours de la première période de la pandémie (avant et après le 1 juillet 2021) et celui de la période de l'été 2021 (dernière vague épidémique) a permis de calculer la baisse de la mortalité et donc le pourcentage de l'effet protecteur des vaccins lors de la dernière vague de la pandémie. Ainsi, un schéma qui exprime le % de la baisse de la mortalité par Covid-19 en fonction du pourcentage de la population vaccinée de chaque pays (Figure 6) démontre une corrélation positive très significative entre les deux paramètres, selon la droite de corrélation entre les deux paramètres, avec un facteur de Pearson positif (+0.761) très significatif (y = 1,491x - 23,91, R² = 0,580, R= +0.761). Ceci démontre que même si chaque pays a utilisé des vaccins distincts, et même si les niveaux de vaccination sont plus ou moins avancée (45 % à 75%), il a été possible de détecter l'effet protecteur de la vaccination dans les pays étudiés. Pour le Maroc, une protection de plus de 32% a été enregistrée suite à une couverture de vaccination d'environ 45 %. Ceci démontre que le niveau de protection par les vaccins a été proportionnel au pourcentage de la population vaccinée. Ceci dit, la disponibilité d'un bon système de soins et les autres moyens thérapeutiques autres que les vaccins auraient aussi joué un rôle important dans l'évolution positive de la pandémie et la prévention des cas graves aussi.
Avec un nombre de décès moins élevé au Maroc que dans les autres pays de l'Europe et en Amérique, le Maroc a réussi à assurer une opération de vaccination pratiquement parallèle à celles entreprises dans plusieurs pays occidentaux, et ce, depuis l'apparition des vaccins sur le marché internationale. Ceci a permis au pays de vacciner un grand nombre de sa population et, dernièrement, c'est les 12 à 17 ans qui sont concernés par l'opération de vaccination. Le Maroc a signé récemment un accord avec une société pharmaceutique chinoise pour produire son vaccin inactivé par un laboratoire marocain sous contrôle de l'Etat marocain. Il est prévu que la production soit effective vers la fin de 2021, et pourra donc bénéficier aussi bien à accentuer le ryhtme de vaccination au Maroc, qu'à l'export, en particulier vers les pays Africains.
Le Maroc a pu obtenir cette semaine l'homologation de son système de vaccination contre la Covid-19 et les tests Covid-19 conformément au système de «SGC’Cov» approuvé par la Communauté Européenne. Ainsi, le passe vaccinal (Cértificat Covid Digital) du Maroc est approuvé par l'Union Européeene d'après une note de la représentation Européenne au Maroc et le journal officiel de la Communauté Européenne (L325/48, date du 15.9.2021) (3).

Source : doctinews.com



  Copyright © Zenith pharma 2002-2022. Tous droits réservés.